Éditions GOPE, 240 pages, 13x19 cm, 17.85 €, ISBN 978‐2‐9535538‐8‐8

dimanche 20 janvier 2013

« Bangkok noir » – Collectif (Gope) – de bien noires nouvelles




 MUAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH

Quel plaisir de retrouver Christopher G. Moore ! Et c’est d’ailleurs ce qui m’a fait choisir, dans ma PAL qui déborde, Bangkok noir. Je connais moins ou pas les autres auteurs des nouvelles de ce bouquin, mais si Christopher G. Moore a accepté de mettre ses textes au milieu des leurs, alors ok, je prends.

Alors nous voilà, grâce aux très belles plumes de ces chers auteurs, transportés à Bangkok. Surpopulation, criminalité, prostitution, manipulation, trafic d’armes/de drogues, tout est réuni pour faire de la ville le décor de ces nouvelles qui s’apparentent pour certaines à des thrillers, qui pour certaines utilisent les ressorts du paranormal, dont certaines s’attachent à décrire spécifiquement la société thaïlandaise elle-même (et ses conséquences pour le public non averti), d’autres les relations entre les farangs et leur pays d’adoption, … . Intéressant de voir à quel point ces auteurs (et la plupart des traducteurs – qu’il convient de saluer en passant) maitrisent leur sujet : plus qu’y vivre/travailler, ils ont acquis avec le temps et l expérience une connaissance de la ville, de ses activités souterraines et de ses tractations officielles, de ses travers, de ces beautés. Parmi une population si dense qu’elle en fait devenir claustrophobe certains étrangers, ils mettent tous en scène des habitants de la ville, avec des variantes : des étrangers qui comprennent ce qu’ils vivent mais n’ont pas de prise dessus, des étrangers dépassés par les événements et qui tentent de s’accrocher aux branches, des locaux qui se font piéger par leur ville, des gangsters qui voulaient profiter du système et finalement rattrapés par lui, … La ville est omniprésente, dangereuse, source de chances et de revers, de tromperies et d’amours.

Bangkok noir n’est pas « du noir pour du noir », mais une façon pour ces auteurs, via leur art, de faire découvrir une ville et une culture dont ils sont tombés amoureux et dont ils côtoient les différentes facettes. Et quand en plus cette ville leur donne tant et plus de matière pour le faire, c’en devient un véritable plaisir pour le lecteur.

Sweetie
http://www.unwalkers.com/bangkok-noir-collectif-gope-de-bien-noires-nouvelles

Aucun commentaire:

Publier un commentaire